]
Les quotidiens du 18 Oct 2017
[ Midi ]
[ Express ]
[ Moov ]
Home Vie politique Dossier Iavoloha. Quand Rajaonarimampianina enfonce des portes ouvertes

Iavoloha. Quand Rajaonarimampianina enfonce des portes ouvertes

Si vous allez sur wiktionary.org, vous trouverez la phrase exacte qui suit:

«Il est champion pour enfoncer une porte ouverte mais on le voit rarement s’attaquer aux vraies questions». Étant entendu que la locution verbale «enfoncer une porte ouverte» signifie:

1. Sens figuré et familier: Faire un effort pour vaincre un obstacle qui n’existe pas ou qui a déjà été vaincu ou pour réaliser ce qui est déjà accompli.

2. Tenter de démontrer une vérité d’évidence, énoncer une banalité en la présentant comme une découverte ou une nouveauté.


C’est exactement l’impression qui ressort de la rencontre Président de la république-Journalistes malgaches du samedi 16 septembre 2017 au Palais d’Etat d’Iavoloha. Déjà, ce n’est pas à un vieux singe comme moi qu’on apprend à faire la grimace. En effet, cette rencontre a été reportée pour coïncider avec la venue d’une délégation du FMI de Washington, histoire de démontrer que la Grande île de l’océan Indien est une démocratie et que la liberté de presse, d’opinion et de parole y est effective. En passant, où diable sont passés les correspondants des agences de presse et de journaux étrangers? Occidentaux pour être plus précis. Petit compte-rendu et grandes lignes des dernières élucubrations rajaonarimampiennes.

C’est bien avant cette rencontre à Iavoloha que j’ai écrit l’article suivant pour La Gazette de la Grande île.


CLIQUEZ ICI POUR LA PAGE EN GRAND FORMAT

Après avoir entendu les réponses du président Rajaonarimampianina, aux questions des journalistes présents ce 16 septembre 2017 à Iavoloha, cela devient de plus en plus limpide: Jean Eric Rakotoarisoa va encore nous jouer un tour à sa manière et nous sortir un agrément présidentiel imparable de son chapeau constitutionnel. Car cette histoire à propos de la constitution c’est comme le délestage et la coupure électrique. Si la nuance existe -et le Filoha a bien décortiqué ce qu’est un délestage dont il avait promis la fin définitive en 3-6 mois s’il était élu-, la finalité est le noir dans les chaumières et dans les rues à l'éclairage public déjà inexistant. Et le tour de passe-passe constitutionnel (anticonstitutionnel même) pour aller vers un référendum au « Oui» gagnant (même si personne ne connaît encore la question qui sera posée) entrainera le pays vers la naissance d’une Turquie des tropiques… Mais dont le peuple sera étranger sur sa propre terre natale.


La dernière rencontre du président avec les journalistes malgaches remonte bien au dimanche 25 janvier 2015, au moment où le Général Jean Ravelonarivo avait été nommé Premier ministre «de combat». Il a été dégagé pour excès de zèle vis-à-vis des manigances de Claudine Razaimamonjy qui, pourtant, a été arrêtée par la suite. Malgré les promesses, il aura donc fallu attendre plus de deux ans cette seconde rencontre du samedi 16 septembre 2017 avec les journalistes malgaches.


En vérité, je le répète: elle a été programmée pour coïncider avec la venue d’une délégation du FMI de Washington, manière de démontrer que oui, Madagascar est une réelle démocratie et que la liberté d’expression, de parole, d’opinion et de presse n’est pas un vain slogan. A croire que le journaliste Fernand Cello ne croupit pas à la prison d’Ihosy, depuis mai 2017 (4 mois déjà), pour on-ne-sait-plus bien quel motif, puisque Paolo Emilio Raholinirina Solonavalona, conseiller du second Premier ministre «de combat», Olivier Mahafaly, a démontré que l’histoire du chèque volé a été inventé de toutes pièces par celui qui a porté plainte., Ravelonirina Benjamain dit Niry Maherila. Avec le soutien de même Paolo Emilio, Fernand cello avait osé dénoncé les magouilles des autorités locales à Ilakaka.


Que retenir de cette rencontre? Tout et rien. Tout, pour comparer avec les réalités qui vont surgir vers la mi-janvier 2018; rien, dans la mesure où tout a déjà été dit depuis 2013 mais pas beaucoup de choses a été concrétisé pour le développement du peuple malgache. Mais, quand même, il y a des déclarations qui doivent être impérativement couchées noir sur blanc étant donné que les écrits restent si les paroles s’envolent.

«Menteur est celui qui prétend arriver au développement en trois mois». Heu, mais qui a parlé déjà de fin des délestages en 3-6 mois, s’il était élu président de la république? Qui vient de donner un délai de trois mois (décidément) pour arriver à bout de l’insécurité généralisée?

«L’accueil de réfugiés syriens n’est que pure mensonge». Henry Rabary-Njaka a donc préféré attendre que le président en personne ne démente. Attendons-nous à un déluge de démentis de tous les ministères existant à Madagascar dès lundi prochain. Les lâches irresponsables... Toujours à attendre Hery vaovao et faire de vilaines affaires derrière lui et sur le dos du peuple, en attendant de le trahir.


Les Sefo Fokontany (chefs de quartier) doivent être élus! C’est la porte en or grande ouverte qu’il vient donc d’enfoncer. Mais que diable a-t-il traficoté durant ces 4 ans passés?

Pour la HCJ (Haute cour de justice qu’il fallait mettre en place 12 mois après sa prestation de serment), pirouette, cacahuète: ce sera pour bientôt, à présent que la CNIDH (Commission Nationale Indépendante des Droits de l'Homme) a été créée…


«Apportez-moi des preuves que mon frère ou mes enfants sont impliqués dans des affaires louches». Cela rappelle son histoire de «prouvez-moi que les Malgaches sont plus pauvres qu’avant». Pour ce chapitre, voici ce que je dis et qu’il faudra qu’il retienne : attendez de ne plus être au pouvoir, ce sera une gigantesque avalanche de preuves qui va s’abattra sur votre famille. Il ignore vraiment la culture de son propre pays, ma parole.

LES BRICS REPRÉSENTENT 40% DE LA POPULATION MONDIALE

Dans tout ce cinéma rajaonarimampien qui n’éclaire en rien du tout le chemin que va emprunter Madagascar dans quelques mois, voici le «scoop» du jour: ayant fait allusion aux BRICS (Brazil, Russia, India, China, South Africa), en matière de financements émanant de bailleurs de fonds, il a annoncé la visite prochaine à Antananarivo du Premier ministre indien, Narendra Modi. Welcome to the country of Hery the Big Beggar!


Eh ben dites-donc, ce n’est pas demain la veille que la Banque mondiale débloquera les gros sous espérés alors! En effet, après la Chine, voilà que le Filoha Rajaonarimampianina songe soudainement à une entité en concurrence directe avec la délégation qu’il vient de recevoir. Cela indique qu’il lui faut de l’argent frais et le plus vite possible. Ainsi derrière sa décontraction de façade, se cache une anxiété qui va aboutir au grand n’importe quoi d’ici peu au nom d’une souveraineté nationale qu’il n’applique que lorsque que cela arrange ses petites affaires. Qui vivra, verra.


Pour l’heure, place aux photos! Quant aux vidéos (ci-dessus), vous aurez tout à loisir de traduire leur contenu, si vous vous intéressez sincèrement à Madagascar, of course.

Jeannot Ramambazafy (Texte et montage des vidéos) - Harilala Randrianarison (Prise de vue vidéo et photo) - Hajaniaina Randriamanarivoarivony (Photo et enregistrement audio)

Mis Ă  jour ( Lundi, 18 Septembre 2017 12:46 )  
Bannière

Madagate Affiche

 

Madagascar. Le médicament Hvm est périmé mais Hery vaovao insiste à en devenir sophiste

 

Pour lutter contre Lucifer, restons dans la Lumière

 

Eckehart Olszowski, Directeur du Goethe-Zentrum/CGM. Son faire-part de décès

 

Eckehart Olszowski und Der achte Kontinent

 

Non développement. Qui sont ceux qui foutent la merde en Afrique?

 

Madagascar Economie. 6ème réunion de l’APE avec l’UE

 

Amnesty International. Libérez l’écologiste Raleva incarcéré à Mananjary!

 

Madagascar Presse. Jesy Rabelaolao nous initie au journalisme pratique

 

Fernand Cello. Misaotra ny rehetra tsy an-kanavaka ity mpanao gazety nofonjaina ity

 

Jeannot Ramambazafy: Compte Twitter